[Analyse, bourse, indicateur]: Comment utiliser le DMI ?

Présentation du DMI
 

 Le DMI « Directional Movement Index » est un indicateur développé par Welles Wilder qui le décrit plus en détail dans son livre « New Concepts in Technical Trading Systems ». Le DMI est un indicateur de force du mouvement qui permet de détecter l’existence d’une tendance et de déceler les signes d’essouffle- ment du marché.

Il consiste à associer plusieurs courbes dont le calcul repose sur la volatilité du marché. Le DMI est un indicateur très complet puisqu’il est en mesure de signaler, dans un premier temps, l’existence d’une tendance mais il est également capable d’apprécier la force et la puissance de cette dernière, permettant ainsi de générer des signaux d’achat et vente. 

  1. La méthodologie du DMI

 D’après Wilder, le marché suit une tendance marquée seulement durant un tiers du temps. Le but du DMI est donc de tenter de détecter une tendance significative. Quand le marché ne suit pas une tendance marquée, le DMI doit vous permettre de rester en dehors de celui-ci.

L’auteur décompose le DMI en deux sous-indicateurs intitulés le DMI+ et le DMI-. Le DMI+, également appelé PDI « Positive Directional Index » représente la force des bulls (pressions acheteuses), alors que le DMI-, également appelé NDI « Negative Directional Index », représente la force des bears (pressions vendeuses).

Wilder considère qu’une pression haussière (bull) se caractérise par deux séances haussières consécutives. A l’inverse, une pression baissière se caractérise par deux séances consécutives de baisse.

 

Le DMI+ est donc supérieur au DMI-. Ce qui signifie que la tendance est ascendante. Les courbes DMI+ et DMI- sont construites de manière glissante.
Pour ce qui concerne la période de calcul, il est d’usage de prendre une périodicité de 14 séances.

 

    2. L’interprétation du DMI

Les indicateurs DMI+ et DMI- sont en mesure de déterminer le sens de la tendance. De cette façon, on obtient l’interprétation suivante :

  • lorsque la courbe DMI+ est supérieure à la courbe DMI-, cela signifie que la tendance est haussière ;
  • lorsque la courbe DMI- est supérieure à la courbe DMI+, cela signifie que la tendance est baissière ;
  • lorsque les deux courbes, DMI+ et DMI- évoluent de manière parallèle, on considère que la valeur évolue sans tendance, voire dans une zone de « trading range ».

Les indicateurs DMI+ et DMI-, qui mesurent le rapport de force entre les pressions haussières et baissières, génèrent lors de leur croisement des signaux d’achat et de vente :

  • lorsque le DMI+ franchit à la hausse le DMI-, c’est un signal d’achat ;
  • lorsque le DMI- franchit à la hausse le DMI+, l’inverse se produit ; c’est un signal de vente

Plus les deux courbes s’écartent et plus on considère que la tendance en cours se renforce. Inversement, lorsque les courbes se rapprochent et se croisent, la probabilité pour que la tendance en cours se renverse devient très élevée.

A la courbe DMI+ et DMI- s’ajoute la courbe de l’ADX « Average Directional Index » qui agit comme un second filtre afin d’identifier la tendance. L’ADX est un indicateur borné entre 0 et 1. Son calcul résulte de la différence entre le DMI+ et le DMI, à laquelle on applique une moyenne mobile exponentielle.

 La courbe ADX va permettre de révéler les tendances. Ainsi, plus l’ADX est élevé et plus il existe une différence importante entre les courbes DMI+ et DMI-. Cela implique qu’une tendance, haussière ou baissière, domine le marché. Ainsi, lorsqu’une tendance domine une autre, l’ADX augmente. Ce dernier ne traduit donc pas le sens de la tendance mais l’intensité du mouvement.

 Lorsque l’ADX est proche de 100%, cela signifie que l’écart est maximum entre le DMI+ et le DMI-. On considérera que la valeur évolue sur une tendance particulièrement forte et durable.

 De manière plus générale, pour qualifier une tendance on considère que :

  • lorsque l’ADX est supérieur à 20%, cela signifie que le marché évolue en tendance ;
  • lorsque l’ADX est inférieur à 20%, cela signifie que le marché évolue sans tendance, dans une zone de « trading range » ;
  • lorsque l’ADX est supérieur à 30%, cela signifie que la tendance en cours est saine et durable. 

Afin de lisser les fluctuations de l’ADX, on peut utiliser la moyenne mobile de l’ADX, dénommée ADXR. Lorsque l’ADX ou l’ADXR s’infléchit après avoir marqué de nouveaux plus hauts, cela signifie que la tendance s’essouffle. L’utilisation seule de l’ADX et de l’ADXR permet d’identifier les débuts et fins de tendance.

Exemple

La valeur CAP GEMINI est représentée en chandeliers sur une période hebdomadaire d’un an. Elle est accompagnée de ses deux moyennes mobiles arithmétiques à 20 et 50. La zone graphique du dessous illustre le DMI, constitué de ses trois indicateurs : le DMI+ (PDI), le DMI- (NDI) et l’ADX.

On constate la présence d’une forte tendance haussière sur la valeur CAP GEMINI de juillet à décembre 2003. Parallèlement, l’indicateur PDI est fortement supérieur au NVI sur la même période. Il en découle un indicateur ADX en constante augmentation. Nous rappelons que l’ADX résulte de la différence abso- lue entre le PDI et le NDI filtré par une moyenne mobile. Les trois indicateurs ont anticipé le retournement de la valeur en décembre 2004. En effet, dès le mois de novembre, l’ADX s’est infléchi.

Les premiers signes d’essoufflement de la tendance haussière sont apparus sur le PDI qui a entamé un mouvement baissier. L’augmentation des pressions baissières sont illustrées à travers la hausse progressive du NDI sur la même période. Ainsi le croisement à la baisse du PDI par rapport au NDI au mois décembre alertait l’investisseur sur l’imminence du retournement. On peut constater que la tendance haussière s’est effectivement renversée en décembre.

Ajouter un commentaire